Berke Khan: Le Mongol Qui a Défendu l'Islam
Histoire

Berke Khan: Le Mongol Qui a Défendu l’Islam

Concernant l’histoire des Mongols, la plupart des gens connaissent Gengis Khan et ses expéditions / conquêtes. Cependant, de nombreux autres dirigeants mongols ne sont pas autant reconnus – certains bien plus grands que Gengis lui-même. Dans cet article, j’écrirai à propos d’un de ces hommes qui a été l’un des plus grands leaders que le monde mongol ait jamais produit – Berke Khan.

Berke Khan (qui peut être orthographié Birkai Khan) était le petit-fils de Gengis Khan. Tout comme les autres Mongols, Berke a commencé sa carrière militaire à un jeune âge. Il a participé à plusieurs expéditions militaires, mais le plus grand moment de sa carrière a été sa domination sur la Horde d’or (1257-66), l’un des États les plus puissants de l’Empire mongol.

Berke a embrassé l’islam en 1252 à Boukhara. On raconte qu’il a croisé une caravane qui traversait la ville et les a interrogés sur leur foi. Impressionné par les concepts islamiques de l’iconoclasme et de la foi, Berke est devenu un fervent musulman et l’est resté toute sa vie.

Mais ce n’était pas le seul plan qu’Allah avait en réserve pour Berke Khan.

Le Developpement 

Hulagu Khan était un autre petit-fils de Gengis Khan (et le cousin de Berke). Il était le chef de l’Ilkhanate, un autre État semi-autonome au sein de l’Empire mongol. Amoureux de la beauté de son épouse chrétienne Doquz Khatun, Hulagu nourrissait une aversion pour tout le monde que Khatun n’aimait pas. Naturellement, lorsque les apôtres de l’Église Nestorienne ont visité Hulagu, ils ont trouvé plus facile de le remonter contre «les musulmans infidèles». Désireux d’impressionner sa reine consort, Hulagu a marché pour démolir le monde islamique.

Le chemin de destruction de Hulagu a duré des années. Partant de la Perse en 1256, il entreprit de faire tomber pratiquement tous les États majeurs qui se dressaient sur son chemin. En 1258, à la suite de la bataille de Bagdad, les forces de Hulagu détruisirent le califat abbasside et assassinèrent alors le calife Al Musta’sim Billah. Tuer le chef titulaire du monde islamique a été un coup dur.

Les Ayyubides de Damas sont eux aussi tombés sous l’assaut impitoyable de Hulagu. Constatant le fait que les Mongols étaient une force formidable et suivant le concept de «l’ennemi de mon ennemi est mon ami», de nombreux royaumes de la chrétienté, y compris plusieurs États croisés, étaient heureux d’offrir leur soutien aux Mongols.

Les mongols et les mamelouks

Après avoir éliminé toutes les grandes puissances musulmanes d’Asie occidentale et soutenu par des États vassaux tels que les royaumes de Géorgie et d’Arménie cilicienne, Hulagu a tourné son attention vers le Sultanat Mamluk . Il a envoyé son messager au sultan Qutuz de Mamelouks avec la lettre suivante: [2]

“Du Roi des Rois d’Orient et d’Occident, le Grand Khan. À Qutuz le Mamluk, qui s’est enfui pour s’échapper de nos épées. Vous devriez penser à ce qui est arrivé à d’autres pays, et vous soumettre. Vous avez vu comment nous avons conquis un vaste empire et purifié la terre des désordres qui l’ont entaché. Nous avons conquis de vastes zones, massacrant tout le monde. Vous ne pouvez pas échapper à la terreur de nos armées. Où fuiriez-vous? Quelle route utiliseriez-vous pour nous échapper? Nos chevaux sont rapides, nos flèches tranchantes, nos épées comme des éclairs, nos cœurs aussi durs que les montagnes, nos soldats aussi nombreux que les grains de sable. Ni les forteresses ni les armées ne nous arrêteront. 

Vos prières à Dieu ne serviront à rien contre nous. Nous ne sommes pas émus par les larmes ni touchés par les lamentations. Seuls ceux qui implorent notre protection seront en sécurité. Accélérez votre réponse avant que le feu de la guerre ne s’allume. Résistez et vous subirez les catastrophes les plus terribles. Nous briserons vos mosquées et révélerons la faiblesse de votre Dieu, puis tuerons ensemble vos enfants et vos vieillards. À l’heure actuelle, vous êtes le seul ennemi contre lequel nous devons marcher.”

On dit que le sultan Qutuz était furieux du ton de la lettre (en particulier la partie en gras ci-dessus), et a réagi en exécutant le messager mongol. Ce ne fut clairement pas une chose très islamique à faire!

Il aurait été facile de penser que les Mamelouks n’étaient probablement pas à la hauteur des Mongols et de leurs alliés. Cependant, Allah avait d’autres plans. Le Grand Khan est mort en Chine et Hulagu a dû se retirer chez lui. De plus, il ne pouvait pas soutenir une très grande armée économiquement pendant une plus longue durée.

C’est à ce moment que les Mamelouks ont vu l’opportunité et l’ont saisie. Le sultan Qutuz et Baibars a mené l’expédition contre les forces mongoles restantes dans la région et a réussi à vaincre les généraux de Hulagu et leurs alliés géorgiens / arméniens lors de la bataille d’Ayn Jalut, 1260.

Bien sûr, cela n’a pas plu à Hulagu lui-même. À son retour de Chine, il a décidé de faire de la mission contre les Mamelouks son objectif personnel.

La guerre de Berke-Hulagu

En 1262, Hulagu décida de lancer une campagne contre les États musulmans pour venger la défaite d’Ayn Jalut. Alimenté par la vengeance et commandant une force militaire beaucoup plus importante que celle des Mamelouks, Hulagu était certainement assez capable de décimer ses adversaires.

C’est là que Berke Khan est intervenu. Dans sa lettre adressée au Grand Khan des Mongols, Berke écrit: [3]

“Hulagu a saccagé toutes les villes des musulmans et a provoqué la mort du calife. Avec l’aide d’Allah, je l’appellerai pour rendre compte de tant de sang innocent versé.”

Et Berke a tenu parole.

Hulagu n’a pu lancer aucune autre attaque sur les terres musulmanes. La guerre de Berke-Hulagu de 1262 fut la première grande guerre civile dans l’empire mongol occidental. Combattue dans les montagnes du Caucase, cette guerre a entraîné la fin effective du pouvoir de Hulagu. Ses forces ont été écrasées près de la rivière Terek par le neveu de Berke, Nogai, et Hulagu a été contraint de battre en retraite. Il mourut en 1265, mettant ainsi fin à son règne de terreur contre les musulmans.

Tandis que la réaction de Berke Khan à la crise etait rapide, il hésitait à combattre Hulagu, son cousin. Dans ses propres mots: [4]

Les Mongols sont tués par des épées mongoles. Si nous étions unis, alors nous aurions conquis le monde.”

Mais Berke ne pouvait pas rester assis et regarder Hulagu tuer des millions de musulmans chaque jour qui passait. Il devait faire le nécessaire, et il l’a fait.

Berke Khan: l’Héritage

Berke Khan est décédé environ un an après Hulagu, en 1266-1267. Il a été succédé par son petit-neveu, Mengu-Timur, qui a poursuivi la politique d’alliance de Berke avec les Mamluks et d’opposition à l’Ilkhanate.

Dans son court mandat en tant que Khan de la Horde d’or, Berke a laissé un impact durable. Alors que la plupart des historiens ne tardent pas à considérer la bataille d’Ayn Jalut comme l’événement décisif qui a freiné l’attaque mongole, ce n’était qu’une victoire partielle. Hulagu lui-même ne faisait pas partie de la bataille. Alors que les Mamelouks étaient toujours en infériorité, et malgré le fait que vaincre les généraux de Hulagu et leurs alliés était un exploit louable, la menace n’a pas été complètement écartée.

Ce n’est que grâce aux efforts de Berke Khan que les massacres de musulmans ont cessé. L’intervention de Berke Khan a sauvé les villes saintes islamiques, dont La Mecque, Médine et Jérusalem, des forces de Hulagu. Tout le monde avait vu comment des millions de personnes avaient été tuées de sang-froid lors de la chute de Bagdad, tout cela à cause de Hulagu. Sans Berke Khan, de nombreuses autres villes auraient subi le même sort.

Ca fait de la peine de voir que de nombreux musulmans d’aujourd’hui n’ont même pas entendu parler de Berke Khan et de sa contribution à l’islam.

Ceci est son héritage et qu’Allah récompense Berke Khan pour ses efforts.

  1. Jackson, Peter (2014). The Mongols and the West: 1221-1410.Taylor & Francis. ISBN 978-1-317-87898-8.
  2. Blair, S. (1995). A Compendium of Chronicles: Rashid al-Din’s Illustrated History of the World. Nour Foundation.
  3. Ibid.
  4. Johan Elverskog (6 June 2011). Buddhism and Islam on the Silk Road. University of Pennsylvania Press. ISBN 0-8122-0531-6.
Print Friendly, PDF & Email

You may also like...