Leçons de la vie d'Abu Hurairah (RA)
Histoire

Leçons de la vie d’Abu Hurairah (RA)

Souvent, dans notre hâte de chercher ce que le Prophète Muhammad (PSL) a dit, nous ne nous arrêtons pas pour prendre note de qui a raconté le Hadith en particulier. Plus souvent qu’autrement, si nous regardons de près, nous constaterons que le hadith a été raconté par Abu Hurairah (RA). Devenu musulman, ce compagnon a passé la majeure partie de sa vie avec le prophète.

Il existe en effet de nombreuses leçons pour les jeunes musulmans de la vie de Hazrat Abu Hurairah (RA).

L’amour pour ses parents

Originaire de la tribu des Daws, en tant que jeune homme, Abu Hurairah (RA) a appris à connaître l’islam grâce aux efforts d’At-Tufayl ibn `Amr Ad-Dawsi. Le sort de son père n’est pas clair. Ce que nous savons de sa mère, c’est qu’il l’a emmenée avec lui à Médine, quand il a décidé de déménager là-bas pour être en compagnie du Prophète Muhammad (PSL). C’est en soi un point critique. Souvent animés par notre idéalisme juvénile et le désir de nous libérer, nous pensons à nous-mêmes et pensons à la façon dont nous pourrions aimer nous éloigner de nos parents, pour ne plus avoir à prendre soin d’eux.

Cependant, Abu Hurairah (RA) a emmené sa mère avec lui, a vécu avec elle et s’est occupée d’elle dans sa vieillesse. Al-Basha raconte un incident particulièrement touchant concernant Abu Hurairah (RA) et sa mère. Abu Hurairah (RA) a tenté en vain, à plusieurs reprises, de convaincre sa mère de la vérité sur l’islam. Quand elle se mettait en colère et se détournait de lui, il «ne la harcelait pas, mais s’en allait, plein de chagrin».

Une fois, sa mère a dit quelque chose de très cruel à propos du Prophète Muhammad (PSL), et il est parti en pleurant au Prophète en lui demandant de «prier Allah le Tout-Puissant d’incliner son cœur favorablement vers l’Islam». Quelque temps plus tard ce jour-là, quand Abu Hurairah (RA) est rentré chez lui, il était ravi de trouver sa mère faisant la Shahadah (témoignage de foi).

L’amour du compagnonnage des justes

En arrivant à Médine, Abu Hurairah (RA) avait un but, et un seul but: être en compagnie des justes, et qui pourraient être plus justes que le Prophète Muhammad (PSL)! En arrivant dans une nouvelle ville, n’importe qui peut être préoccupé, et à juste titre, de trouver un logement, un lieu de travail et de développer un réseau d’amis. Cependant, son désir d’être avec le Prophète Muhammad (PSL) était si fort qu’il passa la plupart de ses moments d’éveil en sa compagnie.

Abu Hurairah (RA) a passé du temps contrairement à beaucoup aujourd’hui – à observer, à prendre des notes mentales et à mémoriser littéralement les événements, les mots et les actions qui se déroulent sous ses yeux. Dans ses propres mots, nous lisons son amour pour l’apprentissage et pour être en compagnie des justes:

«Et il ne fait aucun doute que nos frères Muhajir (émigrés) étaient occupés au marché avec leurs affaires (bonnes affaires) et nos frères Ansari étaient occupés avec leur propriété (agriculture). Cependant, moi (Abu Hurairah (RA)) je restais avec le Messager d’Allah (PSL) satisfait de ce qui me remplissait l’estomac, et j’assistais à cela, auquel ils n’avaient pas l’habitude d’assister, et je mémorisais ce qu’ils ne mémorisaient pas. (Al-Bukhari 3: 118)

Au moment où son estomac est plein, il y a des preuves pour montrer qu’Abu Hurairah (RA) a perfectionné l’art de supprimer ses désirs inférieurs, même dans la mesure où il a souvent faim pendant de longues périodes, préférant la compagnie immédiate du Prophète Muhammad (PSL), et se contenter de ce qu’il trouve à manger.

Un jour, Abu Hurairah (RA) a lui-même déclaré:

«J’accompagnais l’apôtre d’Allah (PSL) pour me remplir l’estomac; et c’est à ce moment-là que je ne mangeais pas de pain cuit au four, ni ne portais de soie. Ni un homme ni une esclave ne me servaient, et j’avais l’habitude de mettre des pierres sur mon ventre et de demander à quelqu’un de réciter un verset coranique pour moi, même si je le connaissais, afin qu’il puisse m’emmener chez lui et me nourrir. Jafar ibn Abi Talib était très gentil avec les pauvres, et il avait l’habitude de nous emmener et de nous nourrir avec tout ce qui était disponible dans sa maison, (et si rien n’était disponible), il nous donnait la peau vide (miel ou beurre), que nous déchirions et lécherions tout ce qu’il contenait. (Al-Bukhari 65: 343)

Il y a peut-être quelqu’un dans notre propre quartier qui est peut-être tellement concentré sur la recherche de connaissances qu’il n’est pas en mesure d’acheter de la nourriture. Plutôt que de refuser de les aider, de les nourrir ou d’être gentils avec eux, nous pourrions être enclins à nous moquer d’eux et à leur suggérer d’aller travailler pour se nourrir. La prochaine fois que nous penserons de cette manière, réfléchissons d’abord à la mémoire de compagnons comme Abu Hurairah (RA).

Qu’est-ce qui l’a poussé à être si désireux de s’assurer que les autres bénéficient des enseignements du Prophète Muhammad (PSL)? Dans ses propres mots:

«Les gens disent que j’ai raconté de nombreux hadiths (traditions du prophète). S’il n’y avait pas eu deux versets du Coran, je n’aurais pas raconté un seul Hadith, et les versets sont:

Ceux qui cachent les (signes) clairs que nous avons envoyés, et les conseils, après que nous l’ayons fait comprendre pour les gens dans le livre, sur eux seront la malédiction d’Allah, et la malédiction de ceux qui ont droit à la malédiction, sauf ceux qui se repentent. et faire amende honorable et déclarer ouvertement (la Vérité): A eux je me tourne; car je reviens souvent, le plus miséricordieux. (al-Baqarah 2: 159-160). » (Al-Bukhari 3: 118)

En raison de son être en compagnie du Prophète Muhammad (PSL), Abu Hurairah (RA) a également bénéficié d’interactions directes et de discussions avec le Prophète. Al-Basha raconte qu’une fois que les compagnons ont supplié et que le Prophète Muhammad (PSL) les a rejoints.

Quand ce fut le tour d’Abu Hurairah (RA), il dit:

“O Allah! Je vous demande tout ce que mes compagnons ont demandé et je vous demande des connaissances que je n’oublierai jamais. Et le Prophète a dit «Ameen» à cette prière! (Ash-Shawkani)

Dans ses propres mots, nous apprenons:

«… Il n’y a personne parmi les compagnons du prophète qui ait raconté plus de hadiths que moi, à l’exception d’Abdullah bin Amr (bin al-Aas) qui les écrivait, et je n’ai jamais fait la même chose. (Al- Bukhari 3: 113)

En effet, selon Al-Basha, Abu Hurairah (RA) a mémorisé plus de 1600 hadiths et occupe une place des plus nobles dans les livres des hadiths en tant que transmetteur d’authentiques paroles et actions du Prophète Muhammad (PSL).

Dernières pensées

Il y a tellement plus à dire sur la richesse des connaissances dont les musulmans des générations passées, de la génération actuelle et des générations à venir ont profité grâce aux efforts d’Abou Hurairah (RA) pour mémoriser et préserver les enseignements du Prophète Muhammad (PSL):

  • Quelle est notre propre relation avec le Coran et les enseignements du Prophète Muhammad (PSL)?
  • À quel point sommes-nous proches des sources de connaissances?
  • Quels sacrifices faisons-nous pour pouvoir apprendre et appliquer ce que nous apprenons?
  • Quelle est notre relation avec nos parents?

S’ils n’e sont pas forts, prions-nous Allah Tout-Puissant de nous aider à les rendre plus forts?

Ces leçons et bien d’autres peuvent être tirées de la vie d’Abu Hurairah (RA).

Enfin, bien que chaque transmission d’un Hadith par Abu Hurairah (RA) soit importante, l’une d’entre elles est particulièrement importante car grâce à sa transmission à nous, nous avons appris quelque chose qui ne nous aurait jamais été connu autrement. À votre convenance, lisez l’accueil aimant et accueillant donné par le roi d’Abyssinie (aujourd’hui l’Éthiopie), An-Najash, aux premiers réfugiés qui ont fui la Mecque pour l’Abyssinie.

Sans Abu Hurairah (RA), nous n’aurions jamais su qu’An-Najash avait accepté l’islam avant de mourir. Abu Hurairah (RA) a raconté:

«L’apôtre d’Allah (PSL) nous a informés de la nouvelle de la mort d’An-Najash (roi d’Éthiopie) le jour de son décès. Il a dit: “Demande pardon à Allah pour ton frère.” Le Prophète les fit aligner en rangées à la mosquée et dit quatre Takbir. [Salatul Janazah, prière funéraire] (Al-Bukhari 23: 412)

Quelle a été la vie d’Abd-ur-Rahman, plus connue sous le nom d’Abu Hurairah (RA)!

Print Friendly, PDF & Email

You may also like...