Est-ce que «Bonne Musulmane» est synonyme de «femme au foyer»?
Réflections

Est-ce que «Bonne Musulmane» est synonyme de «femme au foyer»?

Être une «bonne musulmane» équivaut-elle simplement à être une bonne épouse au foyer? Ou y a-t-il des significations plus profondes à cette phrase?

Rompant avec la monotonie de la vie de routine, Khadijah décide de sortir de chez elle pour travailler, voulant ambitieusement faire quelque chose de sa vie avec le seul désir de rendre le monde meilleur. Elle avait attendu cette opportunité pendant assez longtemps et espérait que finalement utiliser son éducation serait aussi satisfaisant qu’elle l’avait toujours imaginé pendant ses années en tant qu’étudiante.

Ou peut-être, la seule raison derrière ses actions était de prêter un soutien économique à son conjoint pour l’empêcher de s’endetter.

En apprenant le choix de Khadijah, ses sympathisants sont consternés par son choix, car il n’y a pas de profession plus noble à leurs yeux que d’être une mère au foyer.

Elle est mise à feu avec des conseils non sollicités et des jugements blessants qui la frappent plus fortement que les balles. Sa maternité est remise en cause pour ne pas vouloir instinctivement choisir de rester à la maison avec ses enfants. Elle est maintenant traitée comme celle qui s’est attachée à l’idéologie occidentale du féminisme et donc une paria dans la communauté religieuse pour ne pas se conformer à l’image très vantée de «la musulmane idéale» de rester confinée dans la partie la plus profonde de la maison, se contentant de se consacrer à l’art méconnu du ménage!

Un point de vue alternatif

De l’autre côté du spectre se trouve Aisha, qui se réjouit de pouvoir passer du temps avec ses enfants. Elle a démissionné de la vie trépidante pour être le pilier métaphorique sur lequel ses enfants peuvent s’appuyer et les guider à tout moment, exultant du fait qu’elle n’a pas encore raté de voir les étapes importantes de leurs vies alors que la voiture de la vie passe.

En cette ère de compétition acharnée et de matérialisme, elle devrait également contribuer à gagner du pain pour la maison. Avec le conditionnement récent des masses, alors que le progrès et la productivité sont synonymes d’une dame qui frappe de 9 à 5, une mère qui est complaisante avec son choix d’être une femme d’affaire en restant à la maison et en se concentrant entièrement sur l’éducation de ses enfants est perçu comme le totem le plus bas du pôle de productivité. Sa détermination est méprisée car elle n’est perçue comme rien de plus qu’un oiseau qui couve, qui préfère consciemment gaspiller son potentiel.

Elle est amenée à se noyer dans le doute lorsqu’elle est soumise à des conseils condescendants répétés pour faire quelque chose de sa vie, où elle reçoit activement des exemples de notre bien-aimée Mère des croyants, Khadijah RA.

Bonne Musulmane = simple femme au foyer?

Les figuratifs Khadijah et Aisha, qui sont aux extrémités opposées du spectre de la classe ouvrière, sont l’homonyme de nos Mères des Croyants les plus aimées qui sont à la fois des modèles de rôle intemporels uniques et impeccables pour nous, et qui n’ont pas d’avance sur les autres. en raison de leur caractère distinctif ou de leurs choix.

De même, Allah a façonné nos visages de ses propres mains d’une manière radicalement distinctive et a rendu chacun de nous beau et unique, jusqu’au bout de nos doigts. Une conclusion logique qui en découle est que chaque individu est sans égal dans le caractère unique de son potentiel et dans ce qu’il pourrait apporter au monde.

Au moment de la Risalah, Khadijah RA était ce qui serait maintenant une entrepreneuse moderne qui n’a été ni restreinte ni limitée à aucun moment par son mari, notre Prophète Muhammad (PSL). En effet, son soutien indéfectible et son aide financière à sa mission étaient inégalés et son souvenir l’a ému (PSL) immensément longtemps après son départ. D’un autre côté, face à des circonstances désastreuses, le Prophète (PSL) ne s’attendait pas à ce que ses femmes le soutiennent économiquement.

Cela établit que les interdictions imposées à une femme de travailler après le mariage sont d’ordre culturel plutôt qu’islamique. Souvent, les responsabilités qui lui sont imposées pour travailler ne sont basées que sur la pression sociale. L’islam la libère de ces attentes et de ces charges, lui donnant le droit et la liberté de décider ce qui est dans son meilleur intérêt.

Je n’ai pas l’intention de préconiser une option par rapport à l’autre, ni de convaincre quiconque par magie en un éclair de faire le «bon» choix. Cet article est uniquement destiné à fournir une vue d’ensemble de deux situations différentes et à convaincre que l’opposé du droit n’a pas besoin d’être faux, et la nécessité de s’auto-évaluer avant de prendre une décision.

Parfois, nous devons bloquer la cacophonie des opinions pour vraiment évaluer notre propre potentiel et demander conseil à Allah pour déterminer le bon choix qui peut nous permettre de viser et d’atteindre l’excellence en tant que Musulmane et en tant qu’être humain.

De nos jours, chaque fille est poussée dans ce bras de fer mental entre travailler ou non, par des gens autour d’elle, alors qu’ils essaient de faire basculer son choix en utilisant des références religieuses comme munitions dans l’argument pour soutenir leur point de vue personnel. Bien que ceux-ci puissent être bien intentionnés, ils sont injustes car ils ignorent l’individualisme et leurs moyens distingués pour atteindre la piété et la proximité avec Allah.

Si seulement cela n’était pas considéré comme un problème Fiqh en noir et blanc ou un sujet de discussion…

Si seulement chaque fille se voyait confier de solides modèles à suivre et encadrées conformément à ses ambitions, pour l’aider à s’envoler dans la fleur de l’âge adulte sans essayer de l’étouffer dans les contours du moule resserré des perceptions étroites, nous le ferions vivre dans un monde beaucoup plus heureux.

Print Friendly, PDF & Email

You may also like...