Une vendeuse de poisson ougandaise économise de l'argent pendant 10 ans pour effectuer le Hajj
Société et Culture

Une vendeuse de poisson ougandaise économise de l’argent pendant 10 ans pour effectuer le Hajj

L’Ouganda prévoit d’envoyer 750 de ses citoyens – dont 415 femmes – au pèlerinage du Hadj cette année à La Mecque.

«J’ai hâte d’arriver à La Mecque, de voir la tombe du prophète Mahomet et le mont Arafat et de boire de l’eau de Zamzam», a déclaré Kasifah Nankumba, 58 ans.

Les cheikhs nous ont expliqué à quoi nous attendre. Je suis vraiment enthousiaste. J’ai peur de m’évanouir.

 

Au cours de la dernière décennie, Kasifah a économisé de petites sommes d’argent grâce à sa modeste entreprise de poisson fumé, qu’elle dirige depuis 28 ans sur le marché de Kalerwe près de Kampala.

En 2006, Kasifah a rappelé, alors qu’elle était assise sur le marché, elle s’est soudainement sentie obligée d’effectuer le pèlerinage.

“Mais, je n’avais pas un sou à mon nom, alors j’ai repoussé cette idée”, a-t-elle déclaré.

Kasifah Nankumba a économisé de l’argent pour le Hajj en vendant du poisson fumé pendant une décennie. Photo (C) AP

Néanmoins, peu de temps après, elle a contacté un homme connu pour avoir aidé des pèlerins musulmans à se rendre à La Mecque.

L’homme, connu sous le nom de Haji Musa, l’a présentée au directeur de l’agence de tournée Mityana Hijja and Umrah, qui lui a conseillé de commencer à épargner.

Avec ses modestes économies, ils ont commencé à lui acheter des dollars américains, pour lesquels ils lui ont fourni des reçus.

De 2007 à 2009, se souvient-elle, «j’ai réussi à économiser de petites sommes d’environ 4 $ à 5 $ chacune».

En 2009, elle a entendu parler d’un homme qui parrainait des pèlerins du Hajj et a immédiatement commencé à le chercher.

Deux jours plus tard, elle frappait à la porte de Hajji Kajumbi.

J’ai expliqué mon dilemme à cet étranger, mais, malheureusement, il n’a pas pu m’aider.

Avec ses reçus en dollars dans son sac, elle lui a montré ce qu’elle avait réussi à économiser au cours des trois dernières années.

«Il a prié pour moi et a dit que je devrais commencer à épargner davantage, en me disant de donner à l’agence de voyages des montants compris entre 100 et 200 dollars», a-t-elle déclaré.

Dès lors, elle a commencé à effectuer des paiements tous les quatre ou cinq mois.

Le 15 juin 2015, elle se souvient avoir reçu un appel du responsable du bureau de Hijja, qui lui a dit: «Hajjati Kasifah, l’argent que vous avez économisé est maintenant suffisant pour le Hajj (pèlerinage).»

«J’étais au marché à l’époque, assis par terre», a déclaré Kasifah. “Il a dit mon nom quatre fois, mais j’ai été trop choqué pour parler.”

Se réjouissant maintenant de joie à la Wandegeya Masjid, où elle a assisté à un dernier briefing de voyage, elle a déclaré: «Quand je reviendrai de La Mecque, Insha Allah, je continuerai avec mon Ibadah; Je ne reviens pas m’asseoir par terre et vendre du poisson. ”

En ce qui concerne le Hajj, les pèlerins ougandais ont souvent des difficultés, tout comme les pèlerins de la plupart des autres pays africains de la région. D’une part, presque toutes les dépenses doivent être couvertes en dollars américains plutôt qu’en monnaie nationale, ce qui fait que les pèlerins perdent une grande partie de leurs économies pour les frais de transaction / conversion.

L’absence actuelle de transporteur aérien national en Ouganda est également un défi. Puisqu’il n’y a pas de compagnie aérienne nationale qui dessert les pèlerins du Hajj, des négociations doivent être faites avec des compagnies aériennes étrangères, ce qui augmente encore les prix.

À l’époque, près de 6000 pèlerins ougandais pratiquaient le Hajj chaque année. Maintenant, l’Arabie saoudite a réduit le créneau alloué aux ressortissants ougandais à un maximum de 1200, donc le nombre a diminué. L’année dernière, les pèlerins ougandais ont payé 2 178 dollars (pour le pèlerinage); cette année, le montant est passé à 4 150 $ par personne.

Agence Anadolu | Photo de Hajj1433

Print Friendly, PDF & Email

You may also like...